Née de la volonté d’un pilote reconnu bien aidé par un ingénieur de renom, les possibilités techniques d’un grand constructeur et les facilités accordées par le monde politique d’alors, voici la dernière Mercedes-Benz de records d’avant guerre.

Texte: François Lescoup – Photos: Daimler AG

Le pilote Hans Stuck fait gagner en compétition, et particulièrement en courses de côte, des Austro-Daimler à la fin des années 1920 puis des Mercedes-Benz et, après 1934, des Auto-Union. Désirant élargir son palmarès au-delà des grands prix, il veut s’attaquer aux records de vitesse et rejoindre ainsi les grands pilotes allemands de l’époque, Rosemeyer et Caracciola. Il va, pour cela, user de son carnet d’adresses! Courant 1936, c’est donc vers Ferdinand Porsche et son bureau d’études déjà renommé que se tourne Hans Stuck. L’ingénieur, qui connaît bien Daimler-Benz, signe alors un contrat pour l’aboutissement de plusieurs projets – de compétition, de véhicules commerciaux ou de moteurs – dont la T80.

Lire la suite dans le numéro #44