Vous trouvez votre classe C AMG un peu faiblarde ?

Comme la course à la puissance n’est pas prête de se terminer – et qu’il faut bien rêver un peu – AMG propose la C 63 AMG Performance Package Plus. Si ces deux derniers mots ne signifient pas grand-chose en français, le terme Performance est ronflant ! Et il a un passé automobile commercial puisque Citroën l’avait utilisé pour sa « 11 Performance » plus puissante de 1939… Pour faire rapide comme la voiture, la C 63 AMG Performance Pack Plus – appelez-moi « Perfo » – c’est : 487 ch – 0 à 100 km/h en 4,4 sec, et 0 à 200 en 13,9 sec. Pour mémoire, la C63 standard donne 457 ch et la C 63 AMG de course DTM : 500 ch. Les freins sont […]

Lire l'article

Les différentes BlueZero

Pour Mercedes-Benz, existent trois approches de voitures « de mobilité durable » par cette BlueZero dont le dessin pourrait inspirer celui d’une future classe B, en 2011. (passer la souris sur la photo) La verte E-Cell, tout électrique, théoriquement capable de parcourir 200 km avant une recharge des batteries (à quelles prises ?). La bleue F-Cell, à pile à combustible, dont l’hydrogène emporté permet de couvrir 400 km avant de réapprovisionner (comment ?). La bronze E-Cell Plus dont la motorisation hybride permet de rouler 600 km, dont 100 sur la seule électricité, le moteur thermique servant de générateur d’électricité. La souplesse d’utilisation offre la possibilité de commercialiser un tel véhicule. C’est bien sûr cette dernière que Mercedes-Benz semble mettre en avant aujourd’hui. Une telle solution technique permettrait […]

Lire l'article

Et voilà le break E 63 AMG

Et voilà le break E 63 AMG Dans ce spacieux, confortable et rapide break classe E AMG, mieux vaudra arrimer convenablement les 2 m3 de chargement possible. Le V8 donne 525 ch et permet d’abattre le 0 à 100 km/h en 4,6 sec. Les livraisons seront à l’heure… Moteur V8 de 6208 cm3 atmosphérique – 4 soupapes par cylindre – 525 ch à 6800 t/min – Couple de 630 Nm – 250 km/h auto limité – Consommation moyenne 13 l/100 km. La voiture est menée par la boite Speedshift MCT 7 qui offre quatre lois de passage au choix : C (pour calme…), S (sport) et S +, et enfin M (manuel). Sur ces deux derniers choix, les rapports sont […]

Lire l'article

Les plus du mag’ n°7

Retrouvez dans la galerie ci-dessous, les photographies et contenus suivants : Le calendrier du trimestre du n°7 Le retour du papillon (pages 6 à 9) Evolution de classe (pages 16 à 21) Les « Großer Mercedes » de 1938 (pages 32 à 35) Tapis volant (pages 36 à 41) Regards de Jacques Saoutchik (pages 50 à 57) Eternelle élégance (pages 58 à 65) L’étrange monsieur Manfred (pages 66 à 69) Les gros coupés font du sport (pages 70 à 75) La coupe Gordon Bennett : 1900-1903 (pages 76 à 81)

Lire l'article

La SLS 6.3 AMG portes-papillon

C’est une rupture d’avec la SLR McLaren, voyante et imposante. Hormis le nombre d’entrées d’air à l’avant de la voiture, tout est lisse, aucun ajout aérodynamique disgracieux. Même l’aileron arrière est parfaitement caché. L’essentiel des commandes est rassemblé sur la console centrale, soit carbone, soit alu.   V8 de 6208 cm3 – 571 ch sans turbo. Vitesse maxi 317 km/h et 0 à 100 en 3,8 secondes. Boîte AMG Speedshift à 7 rapports. Double embrayage monté dans l’essieu arrière. Châssis treillis aluminium. ESP à trois modes d’utilisation. Freins à disques en matériau composite. Consommation de 14 l/100. Disponible en France au printemps, à partir de 177 310 €.

Lire l'article

Hop ! On change de nom

Apparaissent sur le capot arrière de toutes Mercedes-Benz d’après-guerre, les chiffres permettant de situer la cylindrée du moteur et depuis 1993 la lettre précisant le modèle. Cependant, certains déjà ne respectaient plus cette précision du 1/10e de la cylindrée, telles les classe B : 180 CDI et 200 CDI ayant toutes deux un moteur 2 litres. Dorénavant les chiffres évoqueront un niveau de puissance et de technologie. Subtil. On oubliera ainsi peu à peu les vraies cylindrées ce qui permettra de placer des petits moteurs (downsizing) dans des fortes carrosseries sans surprendre personne… Ainsi une A 170 deviendra A 180… et une R 280 sera une R 300…   Ces nouvelles nomenclatures évoluent par palier de 20 jusqu’à 240 puis, […]

Lire l'article

Quand les mouettes se font désirer

Cette communication fine nous permet de découvrir peu à peu ce que sera la nouvelle « portes papillon » à la manière d’une jeune femme ôtant lentement ses vêtements. Mais nous n’en sommes pas encore aux bas résille, la belle (on l’espère !) se fait désirer. On en sait plus sur le fond : un moteur V8 atmosphérique de 6208 cm3 offrant 571 ch et un couple de 650 Nm à 4750 t/min. Placé à l’avant en position reculée et assorti d’une boite 7 rapports située dans le pont arrière, cela pour le bon équilibre à une vitesse de pointe annoncée de 315 km/h. On devine qu’on aura droit à la calandre avancée, type classe B ou R, que le toit redescendra […]

Lire l'article

Les plus du mag’ n°6

Retrouvez dans la galerie ci-dessous, les photographies et contenus suivants : Le calendrier du trimestre du n°6 20 bougies pour le R129 (pages 16 à 25) Glamour wagen (pages 26 à 35) Paul Bracq (pages 36 à 45) Retour en formes (pages 48 à 55) Champions du monde argentés (pages 56 à 61) Homme orchestre (pages 62 à 67) Une goutte d’eau… (pages 68 à 71)

Lire l'article

Les ESF sont de retour

Ces prototypes de sécurité du début des années 70 font à juste titre un peu sourire aujourd’hui. Construits pourtant sur la base de la très fine berline W108, ils donnèrent la plutôt massive W116. Il s’agissaient d’inclure dans le dessin des voitures les éléments de sécurité passive que l’on inventait. Les pare-chocs « à ressorts » de la législation américaine sont peu convaincants mais l’airbag (et ses gros volants) fut breveté par Mercedes-Benz en 1971. Les zones de déformation av/ar, imaginées 20 ans plus tôt et appliquées pour la première fois en 1959, furent développées à cette période sur ces ESF. A l’époque, au début des limitations de vitesse en France, il était de bon ton de préférer la sécurité active (faisons […]

Lire l'article

Il y a 100 ans, Benz et Daimler changeaient leur logo

A deux mois d’intervalle, la Daimler-Motoren-Werke et la Benz & Cie plaçaient sur leurs voitures respectives l’étoile à trois branches et la couronne de laurier entourant le nom Benz. C’était en 1909 et ce curieux parallèle rappelle celui de la naissance des deux marques la même année (1886). Pour fêter l’événement, une série spéciale du coupé CL est commercialisée, équipée de l’habituelle panoplie de ce type d’événement : teinte de peinture, roues 20 pouces et pack extérieur AMG accompagnant des équipements intérieurs cosmétiques comme des pédales acier brossé, un cuir Designo, un ciel de toit en Alcantara ou une laque noire piano sur la console centrale. Les rétroviseurs sont équipés de répétiteurs de clignotants à lampes diode et l’écran de […]

Lire l'article